Le défi de l'identité

Une approche holistique pour résoudre le défi de l'identité

Identité Civile

Alors que l’attribution systématique d’une identité légale devient une priorité pressante pour les gouvernements du monde entier, de nombreux pays peinent encore à développer une approche capable de résoudre dans leur globalité tous les aspects du défi de l'identité.

Chez IDEMIA, nous sommes convaincus que la solution au défi de l'identité réside dans une approche holistique reposant sur des écosystèmes intégrés de gestion des identités. Nous allons au-delà de solutions en silo, et nous nous concentrons sur la gestion et la mise à jour de l'identité des individus en connectant registres fonctionnels et fondamentaux.

Le défi de l'identité

Le défi de l'identité consiste à gérer efficacement les identités légales de tous les individus, valides dès la naissance et tout au long de la vie, en répondant aux besoins de ses principaux utilisateurs : les gouvernements et les citoyens.

Besoins des citoyens

L'un des besoins fondamentaux de toute personne est de posséder une identité légale, indépendamment de ses origines ou de son statut social. Cependant, bien que le droit à une identité légale soit un droit fondamental de l’Homme et devrait être accessible à tous, les statistiques de la Banque Mondiale établissent que 1,1 milliard de personnes sont encore dépourvues de toute forme d'identification légale, papier ou numérique, reconnue par l'État. Il en ressort également que ce problème touche de manière prépondérante les femmes et les enfants des zones rurales pauvres d'Afrique et d'Asie. Grâce à une identité légale, les individus peuvent faire valoir leurs droits et bénéficier de prestations (éducation, soins de santé, services financiers, aides sociales et élections par exemple). Elle doit donc être LA source unique et fiable d'attributs à partir de laquelle les secteurs public et privé peuvent dériver d'autres identifiants dans les mondes numérique et physique. Il est donc crucial que l'identité légale soit vérifiable partout de manière transparente et fiable pour que les citoyens puissent être reconnus par les secteurs public et privé, en personne mais aussi en ligne.

Enfin, l'accès à une identité légale devrait être abordable pour tous.

Besoins des gouvernements

L'identité légale permet à un gouvernement de reconnaître ses citoyens et de leur accorder les droits et avantages afférents. Elle offre également aux gouvernements et aux responsables politiques la possibilité de collecter des données fiables et exploitables pour améliorer la qualité de vie des citoyens, spécialement en matière de santé publique. L’analyse des statistiques de l'état civil, telles que les données sur la mortalité, permet ainsi aux responsables politiques d’identifier les causes de décès les plus fréquentes et les menaces sanitaires émergentes afin de prendre les mesures nécessaires.
De plus, l'identité légale est un élément de confiance clé. Les gouvernements doivent donc assurer son unicité et sa fiabilité dans sa conception, sa mise en œuvre et son utilisation (en personne ou en ligne) et tout particulièrement veiller à la sécurité et à la protection des données à caractère personnel et la protection de la vie privée.

Cette mission essentielle pour les gouvernements doit être durable et ses coût doivent être contrôlés. Elle doit également prendre en compte les besoins du pays et l'infrastructure existante.

Tirer les leçons du passé

De nombreuses initiatives ont été lancées afin de relever le défi de l'identité. Cependant, elles se concentrent toutes sur des registres spécialisés tels que les registres d’état civil, les registres de la sécurité sociale ou les listes électorales.

Nous pouvons les classer comme suit :

  • Solutions axées sur des registres « fondamentaux » (ex. : état civil) décorrélés des registres « fonctionnels ».
    Ce modèle de solution vise à construire une identité légale forte et reconnaissable dans tous les autres registres. Il est cependant souvent limité par le fait que la mise à jour des attributs n'est pas synchronisée dans les autres bases de données et l'utilisation de l'identité n'est pas transparente car l'identité fondamentale n'est pas automatiquement reconnue par tous les registres, particulièrement en ligne.
  • Solutions axées sur un registre uniquement « fonctionnel » (ex. : liste électorale).
    Ce modèle de solution est la réponse pragmatique à l'absence d'un registre fondamental ou à son manque de fiabilité. Ses principales limites sont dues au fait que l'identité est liée à une utilisation précise, elle n’est donc ni légale ni fondamentale, sa portée est circonscrite car le registre cible des groupes spécifiques et non l'ensemble de la population (ex. : liste électorale ou registre des vaccinations) et, enfin, les attributs deviennent rapidement obsolètes.

Un écosystème d'identité intégrée en réponse au défi de l'identité

Forts des enseignements tirés des initiatives mentionnées ci-dessus, nous savons désormais que les solutions cloisonnées ne répondent pas à toutes les exigences. En effet, le défi de l'identité pose un problème complexe qui ne peut être résolu que par l’intégration et la synchronisation des différents registres fondamentaux et fonctionnels.

Aujourd'hui, les mentalités doivent évoluer en faveur d'une approche plus holistique des solutions d'identité basée sur un écosystème intégré de gestion des identités, une infrastructure de services capable de fournir une identité légale unique, délivrée dès la naissance et valide tout au long de la vie, grâce à la création d’une passerelle entre les registres fondamentaux et fonctionnels. En effet, une telle approche permet de distribuer les attributs dans tous les registres pertinents et de les maintenir constamment à jour pour qu’ils soient toujours reconnus par toutes les parties.

Chez IDEMIA, nous sommes convaincus que les écosystèmes intégrés d'identité représentent la seule solution viable permettant de gérer efficacement les identités légales de toutes les personnes, même de celles jusqu’ici exclues. L'objectif et la vision sont définis, reste maintenant à tracer pour et avec chaque pays le chemin qui lui permettra d’atteindre cet idéal.